Accueil du siteDisciplinesHistoire - Géographie / Education civiqueConcours / Examens (brevet)/ P.A.C. (Projet d’Action Culturelle)P.A.C. 6ème : Vivre au temps des Gallo-Romains, dans le Nord du TarnVoies romaines dans le Nord du Tarn
Brèves
journal du lecteur
jeudi 20 mars

Les élèves ont lu : Légendes des lacs et rivières de Bernard Clavel

Dans Légendes des lacs et rivières, il y a une rivière Dprès de la rivière, il y a un château, et dans ce château une légende...

- belle princesse, cria-t-il, je suis le sultan. Je suis désolé que tu n’épouses pas mon fils ; je suis content que tu m’aies rendu visite. Viens, engage ta monture dans la rivière, je te donnerai des pierres précieuses pour te souvenir de la vallée...

 
La voie antique Toulouse-Rodez
mercredi 21 novembre 2007
par Catherine Esquevin
popularité : 60%

Informations tirées de : Archéologie tarnaise vol 6

En 1987 la Société archéologique de Blaye les Mines prospecte pour le tracé de la voie antique. Elle s’appuie sur l’existence d’un vieux chemin appelé « Cami Toulze » de Toulouse au Gaillacois et « Cami Roudanes » à partir de Villeneuve sur Vère. Il s’agit là d’une voie romaine secondaire.

- Les recherches portent sur les communes de Villeneuve/Vère, Milhavet, Virac, Monestiès, Trévien, Almayrac, Mirandol-Bourgnounac, jusqu’au Pont de Cirou.

« La voie antique sert de nos jours de chemin de service pour les fermes et les champs. Parfois elle est goudronnée pour d’actuelles routes. On la trouve sur plusieurs Kilomètres telles qu’elle était à son abandon. »

- La recherche de la voie a permis de repérer des sites gallo-romains : Virac, Monestiés, car plusieurs habitats surtout gallo-romains se trouvaient très près de la voie. En outre de vieux chemins desservant aussi des fermes ou villas gallo-romaines, mérovingiennes, et médiévales viennent se raccorder

-  Par les murettes de pierres sèches qui l’entourait , on peut déterminer la largeur du chemin : 2,20 à 2,30 m , tout au long du trajet , y compris sur le petit pont à arche unique en plein cintre et sans parapet dans les bois au Nord de Monestiès

-  L’encaissement du chemin : presque nul dans les zones où la roche affleure, il est par contre très encaissé ailleurs : ex : 2,50 m dans la commune de Trévien ou 4,50 m sur la commune de Monestiés.

Sur le versant menant au Pont de Cirou, le chemin est taillé sur 4 m de hauteur dans le rocher. Sa déclivité est régulière jusqu’au passage de la rivière.

-  Les Pavages : l’empierrement a pu être observé à de nombreux endroits. Sur la commune de Monestiès des dalles de grès et des galets ont été utilisés ; vers Trébien, Mirandol, les galets ont été quasiment le seul matériau.

-  Enquête auprès du voisinage : souvent la voie est appelée encore « Chemin romain », « côte romain » (Monestiés, Mirandol). Dans la commune de Virac, certaines personnes l’appellent « Cami des Aobergas » (chemin des Auvergnats)

Voies romaines et ateliers de poterie dans le Sud de la Gaule. Voies romaines et ateliers de poterie dans le Sud de la Gaule.

 
Articles de cette rubrique
  1. Construction d’une voie romaine.
    21 novembre 2007

  2. La voie antique Toulouse-Rodez
    21 novembre 2007