D'où vient notre calendrier ?

Le mot calendrier vient du latin calendae , premier jour du mois chez les Romains .

Il désigne un système de division du temps en années, mois, semaines, jours .

Notre calendrier est dit grégorien , du nom du pape Grégoire XIII qui l’a mis en place en 1582. C’est un calendrier qui modifie le calendrier Julien, introduit par Jules César en 46 avant Jésus-Christ , soit l’an 708 de la fondation de Rome .

ci-contre : "Juin", par les élèves du lycée professionnel du Sidobre, à Castres ; réalisation pour "Calendriers...idées du temps".

Pourquoi modifier le calendrier Julien ?

Le calendrier julien a une année-origine fixe, la fondation de Rome en 753 avant Jésus-Christ . Jules César modifie le calendrier romain existant pour remédier au désordre lié à l’existence d’un mois intercalaire que les pontifes plaçaient librement . Il fonde sa réforme sur les travaux de l’astronome grec Sosigène qui estime la durée de l’année à 365 jours et 6 heures . Un cycle de 4 ans est mis en place, avec 365 jours pour les 3 premières années et 366 pour la quatrième année dite bissextile. Le jour supplémentaire est introduit en février.

Mais la durée de l’année julienne dépassait de presque 12 minutes l’année des saisons ou année tropique c’est à dire l’intervalle moyen de deux retours consécutifs du soleil à l’équinoxe de printemps . On assiste alors à une lente dérive de 3 jours en 400 ans, qui perturbe la date de Pâques, fête mobile. En effet, le concile de Nicée , en 325,après 3 siècles de conflits, a fixé une règle  "  Pâques est le dimanche qui suit le 14e jour de la Lune qui atteint cet âge au 21 mars ou immédiatement après " . Cette règle ne peut plus être appliquée au début du XVI e siècle car l’équinoxe de printemps tombe un 11 mars . Or, dans un monde profondément christianisé, il est fondamental de déterminer rigoureusement la date de Pâques, fête centrale dans le calendrier liturgique. La réforme du calendrier est donc confiée au pape Grégoire XIII par le Concile de Trente ( 1545-1562) .

En quoi consiste la réforme de Grégoire XIII ?

Le pape fait construire au Vatican une tour d’observation et nomme une commission de savants . Comme l’équinoxe de printemps tombe le 11 mars en 1582, en avance de 10 jours sur la règle fixée à Nicée, on supprime les 10 jours qui empêchent d’appliquer la règle .

Le calendrier grégorien garde le système des années bissextiles tous les 4 ans mais introduit une modification pour les années séculaires ( 1600, 1700, 1800 ...) .En effet, l’année tropique étant plus courte que l’année julienne qui sert de base au nouveau calendrier, on supprime le jour ajouté aux années séculaires sauf quand le millésime est divisible par 400 ( 1600, 2000) . Ainsi 1600 et 2000 ont été bissextiles, et pas 1700 , 1800, 1900 .

Quelles ont été les réactions à la réforme ?

C’est une bulle du pape qui rend public le nouveau calendrier le 24 février 1582. L’application est immédiate . La suppression de 10 jours entre le 4 et le 15 octobre ne soulève aucune réaction, ce qui montre l’indifférence des peuples à la définition d’un calendrier plus abstrait .

Au niveau des États, l’application a été fonction des choix religieux . Les États catholiques, l’Espagne, la France, le Portugal, les États italiens l’ ont adopté immédiatement. Par contre, les États protestants refusèrent car ils ne voulaient pas reconnaître le pouvoir de l’Église catholique sur le temps . Ainsi, les États allemands ne l’ont adopté qu’en 1699 et l’Angleterre en 1752. Le monde orthodoxe aussi a retardé l’application du calendrier grégorien .En Russie, son adoption a été décidée par les Bolcheviques en 1918, après la révolution des 24-25 octobre...qui a eu lieu les 6 et 7 novembre 1917.

Aujourd’hui, le calendrier grégorien a été adopté dans le monde entier où il coexiste avec des calendriers religieux traditionnels.

Quels sont les défauts du calendrier grégorien ?

La durée de l’année grégorienne n’est pas exacte scientifiquement. En prenant en compte la correction moyenne de trois jours tous les 400 ans, l’année grégorienne dure 365,2425 jours .Elle est plus longue que l’année tropique de 365,2422 jours .

Mais cette imprécision n’est nullement gênante pour la vie quotidienne. Par contre, la fête de Pâques est toujours mobile, la durée des mois est inégale et le jours de la semaine change à une date donnée.

Y-a-t-il d’autres systèmes de division du temps ?

Le calendrier révolutionnaire , dont la signification est profondément politique, en offre un exemple. Il s’est voulu emblématique d’une rupture avec l’Église .

En effet, au cours de la Révolution française, la Première République a voulu créer un calendrier nouveau qui soit la marque de l’entrée des citoyens dans une ère nouvelle en rupture avec l’Ancien Régime monarchique et catholique . Pour Fabre d’Églantine qui l’ a élaboré avec le mathématicien Gilbert Romme député montagnard, ce calendrier vise "  par un vaste programme éducatif et laïc, à forger les âmes, à se saisir de l’imagination des hommes et la gouverner ". En fait, il a duré du 5 octobre 1792 au 8 septembre 1805.

C’est un calendrier solaire dont la durée moyenne est 365 jours , avec tous les 4 ans une année de 366 jours . L’année comporte douze mois égaux de trente jours et cinq à six jours de complément selon les années ; ces jours appelés sans-culottides portent des noms de valeurs morales, travail, génie, vertu. Chaque mois comprend trois décades de dix jours . Le nom des mois et des jours est complètement changé . Le nom des jours correspond à leur ordre dans la semaine , de primedi à décadi ; chacun porte un deuxième nom, plante, animal, outil, qui remplace le nom des saints de l’ Église catholique. Fabre d’Églantine, auteur dramatique et poète, a imaginé des noms de mois ayant la même terminaison et le même nombre de syllabes pour une même saison.

Automne : Vendémiaire, Brumaire, Frimaire.
Hiver : Nivôse, Pluviôse, Ventôse.
Printemps : Germinal, Floréal, Prairial .
Été : Messidor, thermidor, Fructidor .

Par souci d’égalité et de rationalité, on a même prévu de changer la durée des heures : la journée devait être divisée en 10 heures de 100 minutes . Ainsi, une heure républicaine durait 2 h 24 minutes.

Le début de l’ère nouvelle est fixée au 22 septembre 1792, jour de la proclamation de la République. C’est aussi un jour d’équinoxe où le jour et la nuit sont égaux .

Mais ce calendrier, utilisé par l’État et l’armée , ne s’est jamais imposé dans la vie quotidienne et le calendrier grégorien qui n’a jamais cessé d’ être utilisé redevient le calendrier officiel le 9 septembre 1805 .

Auteur : Marie-Christine ROQUES, inspectrice stagiaire d'Histoire-Géographie


Retour au sommaire "Culture"    -    le fait religieux    -   bibliographie