Bruegel :

Le combat 
de Carême 
et de 
Mardi gras


ci-contre, copie du tableau par Annie Montariol

"La lutte de Carême et de Mardi gras"  : tableau de Pierre Bruegel ( dit l’Ancien) peintre flamand ( vers 1525/1530- Bruxelles 1565)
Il travailla surtout à Anvers, visita l’Italie, puis se fixa à Bruxelles peu de temps avant sa mort.
Voir aussi une biographie plus détaillée.

Certaines de ses œuvres rejoignent les inventions de Jérôme Bosch, d’autres s’inspirent du folklore, des proverbes flamands, de la vie rustique.
Paysagiste, il associe la précision du détail à l’évocation de vastes panoramas. Bien qu’il en présente peu le caractère, il fut en Flandre, le héraut de la Renaissance.

Bruegel dépeint en détail les coutumes néerlandaises du Carnaval et surtout il propose une image générale de la vie quotidienne, avec ses côtés joyeux et sombres.
On voit comment le Mardi gras se déroulait en réalité dans une petite ville brabançonne, mais en accentuant surtout les aspects tragiques : pauvreté, cécité, maladies incurables, mort et péché. On sait d’autre part, grâce aux rayons X que certains dessins ont été recouverts qu’en bas à droite, se trouvait autrefois le cadavre d’un noyé au ventre gonflé, demi-nu, aujourd’hui recouvert par un linge blanc ; un peu à droite, au centre du tableau dans une brouette, un personnage affamé et squelettique ; enfin sous la table ronde, près de l’entrée de l’église, deux malades étendus sur des couvertures, dont on devine encore les silhouettes.
Le Carnaval était une véritable liesse, le peuple célébrait l’approche des semaines maigres avec exubérance.
Le peuple s’appliquait à fêter Mardi gras en mangeant et en buvant copieusement (car le lendemain sera le mercredi des Cendres…)
 
L’étalage de la misère est associé au divertissement et à la plaisanterie : les misérables (aveugles, cul- de-jatte) pouvaient participer à la fête, à condition qu’ils ne fussent ni lépreux, ni pestiférés…
On distingue sur le tableau des ustensiles qui servent à préparer les mets : panier à pain, pelle de boulanger, corbeille à chandelles, terrine, poêlon, panier à poisson…
On aperçoit également des mets : gâteaux, moules, poisson et figues

Pour ce tableau, voir aussi le site Magali

Auteur : Danielle MONTARIOL,  professeur d'Histoire-Géographie


Retour au sommaire "Culture"    -    le fait religieux   -  les fêtes chrétiennes  -  Carnaval