Les Cendres


Dans l’Antiquité, se couvrir de cendres est signe de deuil et de pénitence. Ce rite a été conservé par les premiers chrétiens : l’évêque répandait de la cendre sur les fidèles.
Le mercredi des Cendres est le premier jour du Carême. Chaque fidèle se marquait au front d’une tache de cendres, pour montrer que l’homme n’est que poussière.
 
Dans certaines régions du Sud-Ouest, a lieu le « bufoli » ou « souffle-au-cul », comme le rappelle une Miséricorde de Villefranche de Rouergue.
Les jeunes se mettaient en procession les uns derrière les autres, chacun soufflant, en chantant, dans le derrière du précédent. Tout en marchant et en chantant, ils jetaient de la farine sur les spectateurs.

Actuellement, le fait de jeter de la farine sur les passants ou les spectateurs rappelle les Cendres d’autrefois : mais qui s’en souvient ?

ci-contre : "souffle-au-cul" de Villefranche de Rouergue, dessin d'Annie Montariol

Auteur : Danielle MONTARIOL,  professeur d'Histoire-Géographie


Retour au sommaire "Culture"    -    le fait religieux   -  les fêtes chrétiennes  -  Carnaval