Epoque contemporaine
Le rite du Hajj, le pèlerinage à La Mecque

C’est le seul vrai pèlerinage de l’Islam, bien qu’il y ait des pèlerinages locaux, dans tout le monde musulman, à des tombes de saints. Il a lieu environ quarante jours après le Ramadan.
 
Les lieux : la trace des prophètes
La Mecque est située en Arabie Saoudite, c’est là qu’est né le prophète Mahomet et qu’il a prêché la nouvelle religion. Elle est le pôle historique et spirituel de l’Islam vers lequel s'orientent cinq fois par jour les musulmans en prière.
La Mosquée Sainte aux sept minarets abrite les hauts lieux de l’Islam :
  • la Kaaba, édifice cubique de 15 mètres de haut environ, voilé de noir, a été construite, dit la tradition, par Abraham et Ismaël, à l’endroit présumé où Adam aurait bâti le premier temple de l’humanité. L’ange Gabriel apporta lui-même la pierre angulaire, qui, chargée des péchés des hommes, va devenir la Pierre Noire. L’édifice achevé, Abraham, monté sur une pierre, le Maqâm Ibrâhîm (la station d’Abraham), où l’on vénère encore la trace de ses deux pieds, a convoqué tous les hommes présents ou à venir, à accomplir le pèlerinage. 
  • le puits de Zemzem (le bruissement de la source)
  • la galerie de procession entre as-Safà et al-Marwah.
ci-contre, dessin de la Kaaba réalisé d'après une miniature du XVIIème siècle
Les rites du pèlerinage

Le pèlerinage est le cinquième pilier de l’Islam, à l’imitation du Prophète qui s’est rendu à la Mecque, accompagné d’un grand nombre de musulmans, le douzième mois de l’an dix de l’Hégire. Il inaugure alors le rite du hajj.

La sacralisation Le pèlerin porte un habit particulier de deux pièces d’étoffe, blanc comme un linceul, sans aucune couture ; les femmes, elles, portent une robe très longue cousue et cachant le visage. 
Pendant la durée du pèlerinage, le pèlerin doit respecter un certain nombre d’interdits (ne pas se couper les cheveux, poils, ongles), ne pas avoir de rapports sexuels, ne pas tuer de bêtes …
La circumambulation En arrivant à la Mecque, le pèlerin se rend devant la Kaaba, il en fait sept fois le tour en allant vers la droite en partant de la Pierre Noire. 
La course Il doit ensuite courir entre deux buttes nommées Safâ et Marwa, distantes de 400 mètres l’une de l’autre ; il faut faire quatre fois l’aller et trois fois le retour en souvenir d’Agar, perdue dans le désert, affolée, sur le point de mourir de soif, et qui aurait couru entre ces deux buttes avant de trouver le puits sacré de Zemzem, non loin de l’emplacement de la Kaaba. 
La station Le 9e jour, la foule se met en route vers le mont Arafat, situé à une vingtaine de kilomètres de la Mecque.
D’après la tradition, c’est au sommet de cette montagne, qu’Adam et Eve, chassés du paradis, se retrouvèrent, au Djebel Arafat, la Montagne de la Reconnaissance. 
Mais c’est surtout un endroit sacré parce que le prophète s’y est arrêté pendant son pèlerinage des Adieux. Le pèlerin prie debout, de midi au coucher du soleil. 
La lapidation de Satan
et le sacrifice
Sur le trajet du retour, à Muzdalifa, le pèlerin fait provision de petits cailloux qui serviront le lendemain pour la Lapidation des stèles sataniques. Ce rite est basé sur un souvenir historique, celui d’Abraham, que Satan chercha par trois fois à faire désobéir à Dieu, lequel lui avait ordonné de sacrifier son fils Ismaël ; les trois fois, Abraham répondit au tentateur en le chassant à coups de pierres. 

Après la cérémonie de la lapidation, on procède au sacrifice des victimes : brebis, chèvres, moutons, ceci en souvenir du sacrifice d’Abraham, qui suivant la tradition, eut lieu à Mina. Mais le pèlerin immole aussi sa nature animale, ses passions mauvaises. 

La dernière
circumambulation
Le pèlerinage se termine par un nouveau " tawaf " de sept tours autour de la Kaaba.

On peut ramener de la source de Zemzem des flacons d’eau sacrée qui a des vertus curatives et accorde la baraka.

Chaque année, ce sont environ deux millions de fidèles qui se rendent au hajj. Un barême de mille pèlerins pour un million d’habitants est fixé pour tous les pays. En France, la communauté musulmane compte environ 7,06 % de la population totale soit environ 4 millions de personnes. On estime entre 15 et 18000 le nombre de fidèles qui effectuent chaque année le pèlerinage.

Auteurs : Geneviève Joutard et Danielle MONTARIOL


Retour au sommaire "Culture"    -    le fait religieux   -  choisir sa route...   -   fêtes musulmanes