Optique atmosphérique

Optique atmosphérique

L’environnement de haute montagne offre des conditions climatiques propices à l’observation de phénomènes atmosphériques spectaculaires ! Loin de se limiter à de simples « arc-en-ciel », vous aurez peut-être l’opportunité de découvrir quelques-uns des phénomènes suivants :

Le spectre de Brocken, à rechercher à l’opposée du Soleil par temps de brume (la terrasse nord est idéale), entouré d’une gloire (halo irisé autour de l’ombre de l’observateur) dû à des effets de diffraction dans les gouttelettes de brouillard et d’un « arc blanc » plus large (non visible sur cette photo).

Ci-dessous, une vidéo prise le 2 juillet 2017 par la webcam du Pic du Midi où l’on peut voir l’évolution d’un spectre de brocken/gloire/arc blanc tout au long de la matinée, où les conditions étaient bien réunies : soleil bien dégagé derrière « l’observateur » (ici la caméra) et brouillard assez dense à l’opposée :

http://pedagogie.ac-toulouse.fr/gappic/wordpress/wp-content/uploads/Vidéo-de-lalbum-2017-07-02-Pic-du-Midi-Google-Photos.mp4
Les nuages iridescents, à chercher à proximité du Soleil (en cachant ce dernier), dont les couleurs sont également dues à des phénomènes de diffraction.
Les ombres portées et les rayons lumineux, dûs à la diffusion atmosphérique.

Les parhélies, petits « compagnons du Soleil » irisés formés par un phénomène de réfraction dans des cristaux de glace hexagonaux, et apparaissant à droite et à gauche du Soleil à un angle de 22°, tout comme le halo de 22° qui forme parfois un cercle complet.
Le rayon vert … certes uniquement visible au Pic au lever ou au coucher du Soleil, sa couleur verte est due à un effet de réfraction dans l’atmosphère terrestre.

Vous aurez même peut-être la chance d’observer des phénomènes rares tels que l’arc circumzénithal, aux couleurs incroyablement intenses dues à la réfraction des rayons solaires dans des cristaux de glace hexagonaux, et visible comme son nom l’indique à proximité du zénith.

… en résumé, au Pic, levez les yeux !