La dictée à l’adulte Cycles 1 et 2
Publié le 11 janvier 2005, mise à jour le 11 février 2016
par Equipe de Circonscription
Compte rendu des animations pédagogiques du 13 octobre et du 1° décembre 2004

Déjà préconisée dans les IO de 1995, puis reprise dans les IO de 2002 pour le C1 p. 21 et 23, C2 p. 48, livret CP p 15, la dictée à l’adulte est une situation scolaire d’apprentissage. Par l’étayage et la médiation du maître, c’est une activité langagière qui permet de travailler l’entrée dans l’écrit avec les jeunes élèves et ce dès le moment où ils s’expriment à l’oral.

La situation de dictée à l’adulte peut être conduite collectivement ou en groupe plus restreint. Trois phases essentielles sont nécessaires à son déroulement :

1) Produire des énoncés en les disant, en racontant.

2) Produire des énoncés en les dictant.

3) Produire des énoncés en les écrivant (fin de GS - CP - CE) (avec l’aide plus ou moins soutenue, sans aide, et de manière autonome).

 

 

A chaque production, le destinataire est clairement identifié, le projet d’écriture aussi. Il faut, à l’oral d’abord que l’élève soit capable de raconter : c’est à dire de passer d’une interlocution dialoguée au monologue et ensuite avec le maître, négocier ce qui est à écrire.

 

 

La deuxième phase qui consiste à produire des textes en dictant est un nouvel exercice scolaire qui permet à l’élève d’apprendre :

· à tenir en mémoire l’énoncé,

· à le segmenter de façon à ce que le maître puisse l’écrire,

· à rédiger (= prendre conscience des effets de décousu).

 

 

· à composer selon différentes étapes :

 

 

o recueillir les informations

 

 

o décider d’un ordre d’exposition

 

 

o faire les corrections d’écriture nécessaires.

 

 

 

 

En même temps, que le maître écrit, il oralise, il demande à l’élève de repérer les fragments d’énoncés qu’il n’a pas encore écrits, obligeant ainsi celui-ci à prendre des repères dans la chaîne orale et dans l’acte graphique. Le maître écrit lisiblement devant les élèves.

Une fois l’énoncé dicté, il arrive que l’élève perde le fil de sa pensée. Relire devient alors nécessaire pour relancer l’activité langagière et progresser.

En apprenant ainsi à rédiger, l’élève entre dans la syntaxe de la phrase « on sème de la grammaire » : sont ainsi abordés de manière fonctionnelle : le système verbal, le lexique, les substituts, les chaînes d’accords …

La dictée à l’adulte est donc une délégation d’écriture avec négociation pour apprendre à l’élève à produire des textes dont il est l’auteur et à se familiariser avec le français écrit avant de savoir lui-même écrire. Les textes produits peuvent être des réécritures d’histoires connues, des récits d’expériences vécues (sorties, anniversaires, exposition, séance de cuisine, …) des écrits documentaires (nos plantations, la germination, …)… Ils sont ensuite affichés dans la classe et servent de référents. Collés dans le cahier de vie ou dans le cahier personnel d’essai d’écriture, ils seront des outils et des supports qui permettront à l’enfant de produire des textes en les écrivant et contribueront ainsi petit à petit à la maîtrise de l’écrit et au passage à l’écriture autonome. Son efficacité est liée à la pratique régulière est quasi quotidienne.

 

 

Bibliographie :

 

 

 

 

A.M. CHARTIER, « lire et produire des textes », HATIER 2002


calle
calle
calle