Organisation des groupes de compétences

vendredi 28 mai 2010

Un exemple de dispositif.

Voici un exemple de dispositif à explorer pour qui veut mettre en place les groupes de compétences dans ses classes. Il convient de rappeler qu’il n’y a pas de modèle en la matière et que la prise en compte de la culture d’établissement est essentielle. La rotation, même si elle s’avère pertinente dans bien des cas, n’est pas indispensable. C’est ainsi que le dispositif décrit dans ces documents est flexible et propose deux types de roulement possibles, si les équipes veulent les expérimenter.

On retiendra que l’essentiel n’est pas dans les modes d’organisation, parfois complexes, de ces groupes de compétences mais avant tout, dans l’entraînement et l’évaluation des cinq compétences qui figurent clairement dans les nouveaux programmes de seconde.

Organisation générale

Afin de permettre une programmation commune, le dispositif suit un calendrier très précis (cf annexe) découpé en 5 phases (2 concernent l’évaluation diagnostique/terminale), les 3 autres aux cycles d’enseignement, souvent calqués sur les trimestres) cf annexe 3.

Constitution des groupes
2 classes de seconde (35 élèves par classe) pour 3 enseignants
Les professeurs sont mis en barrette et les 2 classes fusionnent pour constituer 3 groupes. (70 élèves répartis en 3 groupes de 23 élèves en moyenne) suite aux résultats de l’évaluation diagnostique de début d’année. D’un point de vue pratique, il importe que les 3 professeurs de chaque dispositif se trouvent dans des salles voisines afin de faciliter la concertation entre enseignants, voire la mobilité des élèves.

Avec la réforme du lycée, la distinction LV1/LV2 n’existe plus et l’horaire dévolu aux langues est de 2,75 h (pour chacune des 2 langues).

Rôle des enseignants

Chaque professeur est chargé d’un groupe pendant un cycle et met l’accent sur un couple d’activités langagières (ex : Compréhension orale/Expression écrite). Il est souhaitable que chaque couple d’activités inclue au moins une compétence orale.
Dans chaque cycle, les professeurs travaillent sur 1 ou 2 projets que les professeurs se sont répartis en fonction des couples d’activités langagières. Ils entraînent leurs élèves à toutes les compétences mais valorisent le couple d’activités langagières de leur groupe en lui accordant un fort coefficient. (= 3 ou 4) par rapport aux autres activités si le bulletin trimestriel ne propose qu’une moyenne globale. Chaque professeur est libre de sa progression (thématique, linguistique etc…) mais suit scrupuleusement la programmation négociée en début d’année (partage des compétences, organisation du calendrier etc).

Rotation

1er type : minimal

A chaque nouveau cycle, le professeur conserve son groupe classe et change de couple d’activités langagières. Par contre, il repère les élèves qui auraient besoin d’un entraînement approfondi dans le couple de compétences qui vient d’être travaillé. Il leur propose alors de changer de groupe et de professeur afin de retravailler les mêmes compétences pendant le cycle suivant. Les élèves retrouveront le groupe et professeur d’origine au cycle suivant.
→ Rotation pour les élèves dont des besoins ont été repérés uniquement. (cf annexe 1).

2ème type : maximal

A chaque nouveau cycle (3 en tout), les élèves (et le professeur) changent de groupe et de couple d’activités langagières.

Le professeur repère les élèves qui auraient besoin d’un entraînement approfondi dans le couple de compétences qui vient d’être travaillé. Il leur propose alors de changer de groupe et/ou de professeur afin de retravailler les mêmes compétences pendant le cycle suivant. Les élèves retrouveront le groupe et/ou professeur d’origine au cycle suivant. (cf annexe 2).
→ Rotation pour tous. Seuls les élèves dont des besoins ont été repérés ne changent qu’une fois.

Lors du passage d’un cycle à l’autre, les professeurs disposent d’une semaine banalisée (= 3h 3 fois par an) ou utilisent la 3ème heure blanche de la 4ème semaine (dans une répartition d’horaires de type : 3 semaines à 3h et la 4ème semaine à 2h, ce qui équivaut à l’horaire légal de 2,75h/hebdomadaire) pour la concertation

Ces réunions permettent de procéder aux bilans, de reconstituer les groupes si nécessaire, et d’organiser les transitions. Il est alors judicieux de placer les interventions extérieures prévues pour les élèves de seconde (orientation, conférences etc) pendant ces heures de concertation afin de ne pas perturber le service.

Evaluation

En début d’année, une évaluation diagnostique sur toutes les activités langagières est organisée afin de constituer les groupes. L’évaluation de l’expression orale est organisée selon les modalités de passage de la Certification.
Les élèves seront d’abord répartis selon les activités où ils ont le mieux réussi, et ce afin de valoriser leurs compétences.

Au contraire des groupes de niveau, il n’est pas procédé à des évaluations communes puisque les élèves n’ont pas travaillé sur les mêmes activités. Une évaluation terminale (ou bilan) est prévue en fin d’année, au moment où les élèves sont passés par les 3 cycles.
.

Points forts

Travail d’équipe facilite l’harmonisation des enseignements et de leur évaluation.
Les progrès dans chaque activité langagière (mais surtout à l’oral) sont tangibles
Exposés à des formes variées de parler et d’enseigner la langue, les élèves sont remotivés.

Points à développer

Mobilité de l’ensemble des élèves limitée (surtout dans le dispositif de rotation a minima) : pour des raisons psychologiques, le groupe/classe reste stable mais la progression individualisée est moins perceptible pour l’ensemble.


titre documents joints

fiche_gal

28 mai 2010
info document : PDF
38.9 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 4319 / 1418107

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site CECRL   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License

18 visiteurs en ce moment