Classe de SECONDE - Lecture d'image
  BRUEGEL : Paysage avec la Chute d'Icare (1558)

 

Présentation

Déroulement de la séance :

Comparaison du titre et de tableau Examen méthodique de l'image Essais d'interprétation

Prolongements et adresss URL

Texte d'Anne Philippe (extrait)

Texte argumentatif (René Huyghe)



Présentation

La lecture d'un tableau en couleur peut être conduite avantageusement en salle informatique :

- le choix des oeuvres sur Internet est beaucoup plus vaste que sur les manuels dont disposent les élèves, et permet plus facilement de trouver ce qui correspond à l'objectif pédagogique choisi

- l'affichage plein écran en milliers de couleurs (ou plus) permet une restitution acceptable

- les élèves peuvent travailler sur une (ou des) photocopie(s) noir et blanc pour leurs travaux ou recherches, tout en disposant de l'original couleur sur l'écran (intact)

- on peut comparer facilement, en séance, avec d'autres oeuvres du même peintre ou sur un même sujet ...

Voici un exemple à partir du tableau de BRUEGEL : Paysage avec chute d'Icare ; il s'agit du "squelettte " d'un travail effectué en modules, en classe de Seconde, en prolongement d'un travail sur Humanisme et Renaissance.

Retour

Comparaison du titre et de tableau Examen méthodique de l'image Essais d'interprétation

Prolongements et adresss URL Texte d'Anne Philippe (extrait) Texte argumentatif (René Huyghe)


Comparaison du titre et de l'image

 

Si l'on demande aux élèves de comparer le titre "Paysage avec chute d'Icare" et le contenu de l'image, ils peuvent réfléchir sur

- le lien (surprenant) entre les deux éléments (un paysage / Icare)

- le caractère paradoxal d'un paysage qui occupe tout l'espace, alors qu'Icare est à "deviner" dans les deux jambes qui sortent hors de l'eau

Cette première étape peut être l'occasion :

- d'un bref rappel de la légende d'Icare

- de la formulation de premières hypothèses que l'examen méthodique de l'image permettra de vérifier.

 

Retour

Examen méthodique de l'image Essais d'interprétation

Prolongements et adressses URL Texte d'Anne Philippe (extrait) Texte argumentatif (René Huyghe)


Examen méthodique de l'image

Pour un examen méthodique en modules, j'ai retenu quatre exercices "concrets" sur l'image ; les élèves travaillent à la règle ou au crayon sur une photocopie noir et blanc ou sur une représentation schématique du tableau (face à l'image couleur plein écran).

Premier exercice : recherche de la composition, par exemple en déplaçant une règle sur le tableau comme sur la figure ci-dessous, de manière à faire apparaître :

- la construction selon des plans en diagonales

- soutenue par le dégradé des couleurs (du sombre -le rocher- au clair -le soleil),

- qui divise en fonction des activités humaines (rocher stérile, labourage et pâturage, pêche et navigation ... jusqu"au ciel où Icare devrait être)

 Deuxième exercice : tracé du "chemin du regard"

La consigne est de chercher ce qui attire en premier le regard (tache rouge du vêtement du laboureur?) et de figurer sur la feuille de travail le déplacement du regard pour embrasser l'ensemble du tableau.

(Dans un mouvement circulaire, le regard peut suivre la direction de l'attelage, remonter le long des arbres, embrasser l'horizon pour retomber en fin sur le dernier motif important, le bateau . Véritable microcosme qui enferme l'ensemble des activités humaines productives - Icare se trouve en dehors de ce cercle, on le découvre en dernier, comme par hasard - voir figure ci-dessous).

Troisième exercice : observation de l'attitude des personnages

La consigne consiste à tracer pour chaque personnage (laboureur, berger, pêcheur, marins dans la mâture ...) une flèche qui indique la direction de leur regard. On peut noter aussi la direction de la charrue et la direction du vent dans les voiles...

Il est alors facile de conclure sur la divergence des regards (qui ne se croisent pas), ainsi que sur la direction d'ensemble (vers la gauche, tournant le dos à Icare), signes que chacun est absorbé par son occupation, ignorant le sort d'Icare qu'il ne voit pas. 

Quatrième exercice : étude des lignes qui structurent les motifs principaux (attelage/laboureur, arbres et montagne, bateau ...)

Il s'agit de faire apparaître les nombreuses lignes horizontales et verticales, qui en donnant stabilité au tableau contribuent à l'atmosphère de sérénité (même le vent qui pousse le navire n'affecte en rien le calme du paysage) - cf illustration ci-dessous qui fournit quelques exemples.

 

Retour

Essais d'interprétation Prolongements et adressses URL

Texte d'Anne Philippe (extrait) Texte argumentatif (René Huyghe)


 Essais d'interprétation

 

 Demande de formulation en quelques phrases, par groupes, d'une interprétation du tableau, en tenant compte des deux consignes suivantes :

- expliquer le paradoxe du titre (puisque la chute d'Icare n'est pas le motif principal du tableau)

Refus du tragique; vision d'une nature sereine, d'une terre féconde, d'une société laborieuse indifférente au drame d'Icare (vision à laquelle Bruegel oppose la fin tragique de l'homme victime de ses ambitions ?)

- chercher des liens avec l'Humanisme

Relation ambiguë : inspiration antique, mais détournée ; confiance en l'homme mais refus des utopies ...

Renvoi pour conclure à trois documents écrits, qui permettent de montrer la variété des interprétations (technique, affective, philosophique ...) :

- un commentaire tiré d'une encyclopédie de la peinture

- le commentaire d'Anne PHILIPE dans "Le temps d'un soupir" (cf extrait proposé)

- le commentaire du manuel HACHETTE Littérature 2° (Coll. J&C Parpais) p.71, pour le lien avec l'humanisme.

 

Retour

Prolongements et adressses URL Texte d'Anne Philippe (extrait) Texte argumentatif (René Huyghe)


Prolongements

 

  1. lecture de l'article du Petit Robert II sur BRUEGEL l'Ancien (Pieter) - ce qui permet de faire découvrir l'existence des 2 autres Bruegel - article dont on peut retenir quelques phrases qui semblent concerner ce tableau :
      "...oeuvres animées d'un mouvement giratoire ou établies suivant de grandes diagonales."

      "Le paysage aux rythmes amples et sereins contraste souvent avec le caractère dérisoire ou ridicule de l'activité ou du destin humain."

  2. étude d'un texte argumentatif de René HUYGHE sur le pouvoir de l'image d'art, comparée à l'image de télévision
      (texte que l'on peut trouver dans un ancien numéro de l'Ecole des Lettres)
  3. consulter d'autres oeuvres de BRUEGEL ou sur Icare, comme :

    http://carta.org/art/bruegel/

    http://firewall.unesco.org/visit/pages_fr/f2_f9.html (Picasso : la chute d'Icare)

    http://www.rip.ens-cachan.fr:8080/~latapy/Bruegel/

      (commentaire du tableau "Combat de Carnaval et de Carême" )

    On peut consulter aussi les articles Dédale et Icare sur le cédérom "Mythologie antique" (ODA édition)

 

Retour

Texte d'Anne Philippe (extrait) Texte argumentatif (René Huyghe)


    Extrait du livre d'Anne PHILIPE "Le Temps d'un soupir"

     Le vol d'Icare de Breughel, plein de soleil, est l'expression même de la solitude, non pas de l'égoïsme, mais de l'indifférence qui isole les hommes les uns des autres. Il a sans doute raison, ce laboureur, de tracer son sillon pendant qu'Icare se tue. Il faut que la vie continue, que le grain soit semé ou récolté pendant que d'autres meurent. Mais on souhaiterait qu'il lâche sa charrue et aille au secours de son prochain. Je me trompe peut-être et sans doute ignore-t-il qu'un homme se tue. Il est aussi inconscient que la mer et le ciel, que les collines et les rochers. Icare meurt, non pas abandonné mais ignoré. Chacun de nous est comme ce laboureur. Chaque fois que l'on sort, on passe à côté d'un désespoir, d'une souffrance ignorée. On ne voit pas les regards implorants, ni les misères de l'âme ou du corps. Je suis loin de mon prochain. Si j'en étais vraiment proche, j'abandonnerais toujours sans même y réfléchir ce que je suis occupée à faire, pour aller vers lui.

    Nous(1) avions été Icare. Dehors, le monde continuait.

    ____________________________________________

    1- A. Philipe est la femme de l'acteur Gérard Philipe, après la mort duquel elle a écrit Le Temps d'un soupir.

 

Retour Texte argumentatif (René Huyghe)


Etude d'un texte argumentatif : René HUYGHE Puissances de l'image

Une revue française spécialisée, Télérama, a eu l'idée d'interviewer un jeune fanatique de la Télévision, âgé de dix-huit ans et nommé Gérard. Ce spectateur qui suivait les émissions depuis l'âge de dix ans avait abouti à une véritable intoxication ; il avouait lui-même : " Je suis comme un alcoolique, j'ai besoin de ma ration d'images trois ou quatre heures par jour !". Il confessait : "Je n'achète aucun livre. La télévision a remplacé tout ça", et il ajoute : "Elle l'a remplacé par le confort, un fauteuil, un verre", soulignant ainsi l'allure éminemment inactive de sa réceptivité. Il terminait enfin par cet aveu terrible, surtout dans la bouche d'un adolescent arrivé au moment où il faut aborder la vie à la fois avec enthousiasme et avec ses capacités propres : "La télévision m'évite de m'ennuyer. C'est un moyen de tuer le temps. Rien dans la vie ne m'intéresse. La Télévision me fait oublier que je n'ai pas de but."

On est obligé de penser que cet exercice constant de la passivité, entraîné par l'abus de ce qu'on pourrait appeler l'image autoritaire, avait grandement contribué à casser le ressort personnel de cet être désormais inapte à remplir son rôle social du moment qu'on n'entend pas le réduire à celui d'une unité anonyme dans une masse dirigée.

Voici où l'art, qui use du même moyen fondamental, l'image, agit comme un contrepoison providentiel. Car l'image y est à la fois le signe et le ferment : la liberté ! Elle en est le signe parce qu'elle exprime le pouvoir de l'artiste de créer une vision nouvelle, qui, au lieu d'appauvrir le monde en le stéréotypant, l'enrichit au contraire, en le diversifiant au-delà de ce que l'homme moyen pouvait attendre. Elle en est aussi le ferment parce qu'elle agit sur le spectateur à l'inverse de la publicité, de la télévision, du cinéma, qui endorment la faculté de contrôle et entraînent la docilité de l'attention. Dans l'art, l'image est donc un choc qui réveille la conscience de chacun, exige l'acuité de son attention pour être pénétrée, appréciée et jugée. Son contenu n'est partagé par le spectateur que s'il a réussi à tendre sa sensibilité jusqu'au niveau d'exaltation de lui-même qui est nécessaire. Il va de soi que cinéma et télévision peuvent, eux aussi bénéficier de cette conversion, mais, notons-le bien, seulement dans la mesure où, précisément, ils accèdent eux aussi à l'art. Au surplus, l'oeuvre d'art, immobile et disponible, se plie au rythme de l'observation dont le spectateur décide et elle lui permet d'étendre sa méditation autant qu'il le souhaite. Par là, le spectateur, si ému soit-il, reste fondamentalement maître de lui.

L'image dans l'art, loin de faciliter l'acceptation passive, fouette, exalte la conscience que l'homme peut avoir de ses pouvoirs. Et j'entends aussi bien de ses pouvoirs sur le monde extérieur que sur le monde intérieur. En effet, l'art accroît la domination de l'homme sur la nature comme sur lui-même.

 

René HUYGHE Les Puissances de l'image

 

Questions :

  1. Quel rôle jouent, dans l'argumentation de l'auteur, les paroles rapportées du premier paragraphe ? [2 pts]
  2. Sur quelles oppositions sont construits les paragraphes trois et quatre ? [3 pts]
  3. Relevez dans le 3° § une concession faite par l'auteur et expliquez si elle affaiblit ou renforce son argumentation. [3 pts]
  4. Reformulez brièvement la thèse du texte. [2 pts]

 

Travail d'écriture : [10 pts]

Dans quelle mesure partagez-vous le point de vue de René Huyghe sur l'image de télévision et de cinéma ?

Vous présenterez sur cette question une réflexion organisée et argumentée.

Retour

Présentation Comparaison du titre et de tableau Examen méthodique de l'image Essais d'interprétation

Prolongements et adresss URL Texte d'Anne Philippe (extrait) Texte argumentatif (René Huyghe)

 

Remarques, corrections, additions ou suggestions :

teulier@club-internet.fr