Académie de Toulouse
Actuel Marx Confrontation
Responsable du site:
Jean-Jacques Delfour
j.jacques.delfour@ac-toulouse.fr

 
Revues de philosophie
Revues généralistes
Retour au sommaire général

Rubrique de la revue Actuel Marx.
Site de la collection.

Dernières parutions:

— Gérard Duménil et Dominique Lévy, Crise et sortie de crise. Ordre et désordres néolibéraux, 2000 .
— F. Laruelle, Introduction au non marxisme, 2000.
— G. Bois, La grande dépression médiévale : XIVe - XVe siècles, le précédent d'une crise systémique, 2000.
Marx 2000, Dir. : E. Kouvélakis, 2000.
— J. Bidet, Que faire du Capital ? Philosophie, économie et politique dans Le Capital de Marx, 2000.
Le triangle infernal : crise,mondialisation, financiarisation, Dir. : G. Duménil, D. Lévy, 2000.
Art, culture, politique, Dir. : J.-M. Lachaud, 2000.
— I. Joshua, La crise de 1929, 2000.
 
 



F. Laruelle, Introduction au non marxisme, 2000.

Présentation.
Plutôt que de compliquer le marxisme par des interprétations philoso-phiques destinées à le rendre « concret » et « intelligible », on propose une autre voie de réforme : sa paupérisation philosophique, sa simpli-fication interne, à la fois sa radicalisation et son universalisation pertinentes pour toute conjoncture possible, c’est-à-dire le capitalisme et la philosophie réunis dans la « pensée-monde ». Une axiomatisation, transcendantale plu-tôt que formelle doit le désencombrer de ses postulats inutiles, historico-dialectiques et du concept philosophique des postulats.

A cette fin quatre voies sont prospectées qui doivent instaurer une pra-tique « non-marxiste » du marxisme. 1. La « détermination-en-dernière-instance » dont les philosophes ont méconnu l’originalité non-philosophique de causalité par immanence unilatérale et qu’il n’ont pu élucider par ensor-cellement dialectique. 2. L’infrastructure comme immanence radicale du Réel travestie en matière et matérialisme. 3. L’identité sans synthèse dialec-tique de la science et de la philosophie, donc une réforme de la théorie et une discipline inouïe qui use de la philosophie sans en être une. 4. Un nou-vel objet, posé comme une hypothèse adéquate au concept axiomatisé de l’infrastructure, non plus les formes socio-économiques du capitalisme mais la fusion du capitalisme transhistorique et de la totalité de ses conditions philosophiques de fonctionnement, c’est-à-dire de la philosophie en person-ne, dans l’universalité de la pensée-monde. Le programme non-marxiste ne nie pas philosophiquement le marxisme, il le pratique autrement pour retrouver son originalité théorique et humaine.

Aller à Marx plutôt qu’y faire retour, le connaître plutôt que le recon-naître...
F. L.
 
 

Table des matières.

INTRODUCTION : MARXISME ET NON-MARXISME   5
L’hypothèse non-marxiste 5
Entrer dans le programme 7

CHAPITRE I : THEORIE DE L’ECHEC DU MARXISME   13
Echec des explications de l’échec. Désertion et ressentiment  13
Conjoncture universelle. « Fin de la métaphysique » ou « échec du marxisme » ? 16
Des aspects de l’échec à leur cause-de-dernière-instance  20

CHAPITRE II : ENTRE PHILOSOPHIE ET NON-PHILOSOPHIE   25
Rendre réel et intelligible le marxisme  25
Théorie unifiée du marxisme  27
Le marxisme, avorton, matériau, symptôme, modèle restreint 29
Le côté philosophique du marxisme 31
Normalisation philosophique  33
Pratique non-marxiste de la philosophie 34
Découvrir l’identité du marxisme 36

CHAPITRE III : DETERMINATION-EN-DERNIERE-INSTANCE    39
Première élucidation de la Détermination-en-dernière-instance (DDI) 39
Mésaventures de l’immanence (de Spinoza à M. Henry)  40
Amphibologies du matérialisme  43
Insuffisance de la détermination-en-dernière-instance marxiste   45
Mécanisme de la DDI. Clonage de la superstructure  49
Théorie identiquement scientifique et philosophique de la DDI  53

CHAPITRE IV : LE STYLE DU NON-MARXISME   57
Style théorique et pratique de la dualité uni-latérale. L’uni-latéral comme noyau réel de la contradiction  57
Répétition uni-latérale du marxisme  60
Style de l’uni-versel. Le marxisme, spécification du non-marxisme  61
Théorie unifiée : Marx et Freud comme symptômes  63
Déviations et « goût » marxiste. En quel sens tous les marxismes sont « imaginaires »  65
Théorie des « aspects ». Objets unilatéraux et objets partiels. Autre-sans-altérité 67
Les mille sources du non-marxisme  71
Axiomatisation transcendantale du marxisme. Thèses et catégories, axiomes et termes premiers  74
De la problématique à la théorie unifiée  78
De la coupure épistémologique à la théorie unifiée  81

CHAPITRE V : CONNAISSANCE. PRATIQUE. MATERIALISME    85
Du cognitif au cognostique  85
Non-marxisme et science transcendantale  88
De la vérité-adéquation au vrai-sans-vérité  89
La pratique comme uni-latéralité 92
Marxisme et non-marxisme sur la pratique  96
La fusion-en-pratique de la théorie et de la pragmatique  97
L’axiomatique perdue du matérialisme  99
Genèse platonicienne idéelle du matérialisme  101
Non-platonisme : restreint et uni-versel  103
Trois modèles (mécanisme, dialectique, structuralisme) 105

CHAPITRE VI : SUJETS-EN-LUTTE  109
Théorie unifiée du sujet, de la pratique et de la lutte  109
Force de travail et Force pratique  111
Sujet-sans-procès. Sujet-en-lutte  115
Fusion du théorique et du pragmatique dans le sujet pratique  119
Lutte des classes, lutte de classe, lutte uni-classe  120
Le sujet-en-lutte et la lutte donnée, identiques-en-dernière-instance  122
Le non-prolétaire. La non-consistance du communisme  123
Pour introduire la démocratie dans la pensée  125
Production non-productionnelle (de) soi  132
De l’homme sans qualités à l’homme-sans-essence. Contre la consis-tance anthropologique 135
Du transindividuel à l’indivi-dual  138

CHAPITRE VII : LA PENSEE-MONDE. CAPITALISME ET PHILOSOPHIE   141
L’uni(-)versalisation des catégories marxistes  141
Le capitalisme uni(-)versel comme Principe d’économie suffisante  144
La fusion du capitalisme et de la philosophie  147
 
 



Art, culture, politique, Dir. : J.-M. Lachaud, 2000.

Art, culture et politique

Présentation, par Jean-Marc Lachaud   5

ART ET POLITIQUE
Enzo Traverso, Bohème, exil et révolution. Notes sur Marx et Benjamin   9
Dominique Berthet, Proudhon et la mission de l’art   29
Giovanni Joppolo, L’art italien sous le fascisme. Trois pôles de réflexion méthodologique   45
Vincente Gomez, Contre l’irrationalisation de l’art. L’idée d’artisticité chez Adorno et les risques d’une esthétique communicationnelle   67
Thierry Briault, Problema : Image – Capital ou Spectres de Marx  85

ART ET RUE
Christian Ruby, L’art des médiateurs   99
Martine Maleval, Théatre de rue et enjeux politique : quelques éléments de réflexion   111

RESISTANCE ET UTOPIE
Jean-Marc Lachaud, Peter Weiss: théatre documentaire et esthétique de la résistance   121
Daniel Bensaïd, Temps de la résistance, temps de l’utopie   139
Entretien avec Françoise Proust (réalisé par D. Bensaïd), Résister à l’irrésistible   149

CULTURE METISSÉE ET MULTICULTURA-LISME
Pierre Bouvier, Espace caraïbe, fanonisme et multi-culturalisme   161

Auteurs  169
 



Le triangle infernal : crise,mondialisation, financiarisation, Dir. : G. Duménil, D. Lévy, 2000.

Introduction, Une analyse marxiste du capitalisme contemporain, par G. Duménil et D. Lévy
 

Crise, mondialisation et financiarisation. Essais de synthèse

Claude Serfati, Puissance du capital financier. Les limites endogènes du capitalisme mondialisé  19
Robert Brenner, Du néolibéralisme à la dépression ? Vers la crise du capitalisme mondial  43
Kostas Vergopoulos, Le mondialisme financier. Remède à la crise ou facteur d’aggravation ?  59
Michel Zerbato, Une finance insoutenable. Marchés financiers et capital fictif  73

Capital, Etats et impérialisme

François Chesnais, Etats rentiers dominants et contraction tendancielle. Formes contemporaines de l’impérialisme et de la crise  95
Odile Castel, La naissance de l’ultra-impérialisme. Une interprétation du processus de mondialisation  121
Bernard Gerbier, L’impérialisme géoéconomique, stade actuel du capitalisme  141
Malcolm Sylvers, Entre la domination et le déclin. Les Etats-Unis et la globalisation capitaliste  161
Rolande Borrelly, Marx apologiste de la mondia-lisation ? Le discours sur le libre-échange, cent cinquante ans après  181
Suzanne de Brunhoff, Le FMI est-il responsable ? La gestion de la crise monétaire et financière asiatique  191

Visages du néolibéralisme
Gérard Duménil et Dominique Lévy, Coûts et avantages du néolibéralisme. Une analyse de classe  205
Frédéric Lordon, Le nouvel agenda de la politique économique en régime d’accumulation financiarisé.  227
Michel Husson, Une péréquation à l’échelle mondiale ? Formes contemporaines de la détermination du travail socialement nécessaire  249
Claude Pottier, Mondialisation et mise en concurrence des salariés. Le rôle des multinationales  265
Stéphanie Treillet, La régression du salariat : mythe ou réalité ? Le cas des pays de la périphérie  281

Auteurs  295
 




 

G. Bois, La grande dépression médiévale : XIVe - XVe siècles, le précédent d'une crise systémique, 2000.

Entre 1300 et 1460, la société européenne est plongée dans un drame longtemps ignoré, minimisé, voire même occulté par les historiens. Sur un fond de dépression économique, épidémies, conflits militaires, politiques et sociaux conjuguent leurs effets dévastateurs. Surtout, les symptômes de décomposition sociale se multiplient : les groupes sociaux se raidissent dans la préservation de leurs intérêts propres, l’exclusion devient un phénomène de masse, la violence et la corruption gangrènent la vie politique et détruisent les avancées démocratiques de ce qui fut le beau Moyen Age. Enfin, à la faveur de la débandade générale, l’irrationnel triomphe dans l’ordre intellectuel.
Certes, l’histoire ne se répète jamais. Et cependant, que de signes analogues, sous nos yeux, dans le monde contemporain. Ces concordances troublantes ont incité Guy Bois à entreprendre une réflexion d’ensemble sur la grande dépression médiévale et à porter un diagnostic sur ce qui fut sans doute une crise globale de société ou de civilisation : un précédent à méditer.

Guy Bois est professeur émérite à l’Université Paris VII (Histoire médiévale). Il est l’auteur de Crise du féodalisme (1976) et de La Mutation de l’An Mil (1989).
 
 

Table des matières

Avertissement  5

Une approche de la croissance médiévale  11

1. La dimension démographique de la croissance  12
2. La colonisation agraire : Une révolution technique?  15
3. Une révolution méconnue : la floraison des bourgs ?  21
4. La société se monétarise  25
5. La promotion du travail  33
6. Le marché : un instrus ou un élément décisif du système?  41

La dépression économique  55

1. Quand apparaît-elle ?  56
2. Une impasse historique  58
3. Une stagflation  61
4. La mesure de l'effondrement  65
5. Sur le rôle de la guerre  72
6. La place de la peste et des épidémies  80
7. Un choc conjoncturel ?  86
8. Au cœur du processus : une déflation  91

La désagrégation d'une société  103
1. Une fracture sociale : la marginalisation des pauvres  105
2. La triple défaillance des élites sociales  112
3. Le monde du travail dans la crise  132
 

Le coût politique et intellectuel de la grande dépression  143
1. Genèse de l'Etat moderne ou de l'Etat gabegie ?  144
2. La crise a-t-elle enfanté la nation ?  148
3. Une crise du politique : le coût d'arrêt à la poussée démocratique  158
4. Une débandade de la raison  168

Autour de la dépression : les enjeux historio-graphiques et théoriques  177
1. Chronologie de sa perception au XXe siècle  177
2. Des blocages conceptuels  188
3. Sur les traits principaux du féodalisme  192
4. Une économie monétaire de production  200

Conclusion  207
 



 
Site de philosophie de l'Académie de Toulouse
Responsable du site:
Jean-Jacques Delfour
j.jacques.delfour@ac-toulouse.fr