LES SEUILS DE LA VIE HUMAINE
De la conception à la naissance
Cite des sciences et de l'industrie, Paris

Présentation, programme.

Contacts
Hélène Simonin
Séminaire Seuils
Centre de recherche Sens, Ethique, Société (CERSES)
CNRS-IRESCO
59, rue Pouchet
75849 Paris Cedex 17


Présentation

Séminaire organisé par le Centre de recherche sens, éthique, société (Simone Bateman, Michèle Fellous, Michela Marzano, Danièle Siroux), le Centre de recherches en droit médical (Frédérique Dreifuss-Netter), et par la Faculté de médecine de Cochin (Pierre Jouannet)

La vie proprement humaine existe-t-elle dès la conception ou advient-elle plus tard avec la capacité d'entrer en relation, voire bien après la naissance avec le développement des facultés de raison et d'autonomie ? Loin d'être une discussion spéculative, cette interrogation et les réponses qu'on y apporte entraînent des conséquences pratiques : elles déterminent notamment la manière dont une société s'accordera pour traiter les personnes et les corps. Il n'est d'ailleurs pas évident qu'il soit possible, ni même souhaitable de se concerter sur l'existence d'un seuil unique de la vie humaine. Si la naissance est la condition de l'existence de la personne en tant que sujet de droit, certaines prérogatives dont elle est titulaire après sa naissance ont pu se constituer in utero. Comment alors déterminer le ou les seuils critiques au-delà desquels se transforment les conditions de
notre action ?
Le terme de seuil renvoie à la notion d'entrée, de commencement et à celle de passage. Il est ainsi généralement utilisé pour désigner l'entrée dans un espace, comme celui d'une maison. Au sens figuré, il peut aussi indiquer le commencement de quelque chose, le passage à un autre état, voire le point critique où les conditions et les conséquences de notre action seraient radicalement changées. S'interroger sur les seuils de la vie humaine signifie alors réfléchir, non seulement, au statut que la vie peut avoir à chaque étape de son développement, mais aussi aux contraintes que ces modifications imposent à nos actions.
Ces interrogations sont devenues plus complexes depuis que nos connaissances scientifiques sur les débuts de la vie se sont accrues.
Nous avons ainsi l'impression d'avoir prise sur une "réalité" de la vie qui échappaient aux débats anciens, surtout depuis que de nouvelles techniques permettent de visualiser et même d'intervenir sur le conceptus aux divers stades qui précèdent la naissance. Mais les critères du commencement d'une vie proprement humaine émanent-ils des normes biologiques ou découlent-ils d'autres types de choix normatifs ? Une maîtrise technique croissante sur les processus biologiques de la
vie est loin de fournir seule les éléments permettant de décider de ce qui constitue une transition critique dans le développement d'un être en devenir et de ce qu'il est légitime de faire à chaque stade.
Ce séminaire se propose de mener une réflexion pluridisciplinaire sur des situations d'intervention médicale et scientifique où se pose la question de l'existence d'un seuil. Partant de la naissance comme repère traditionnel de l'entrée dans la vie sociale, on explorera d'abord les difficultés qui peuvent y surgir et quelques situations qui remettent en question l'évidence fondatrice de ce repère. Ensuite, on examinera plusieurs situations en amont de ce repère : soit parce qu'une grossesse ne sera pas menée à terme; soit parce qu'on envisage d'anticiper les problèmes qui pourraient se poser à la naissance, soit parce que la
potentialité d'une vie humaine et sociale sera abandonnée ou déviée vers d'autres objectifs. Il s'agira de mettre en discussion, de plusieurs points de vue, la pertinence des critères qui définissent un seuil éventuel et les exigences que l'existence d'un tel seuil pourrait déterminer pour l'action.


PROGRAMME PROVISOIRE

I. La Naissance fondatrice
18 Septembre 2002 : La Naissance comme seuil (Mme Lefebvre Teillard, historienne du droit  Nicole Belmont, anthropologue)
16 Octobre 2002 : Etat civil et deuil périnatal (Frédérique Dreifuss-Netter, professeur de droit  Didier David, psy
chiatre)
13 Novembre 2002 : La réanimation néonatale (Guy Moriette, réanimateur néonatal  Jean-Christophe Rozé, réanimateur néonatal  Anne Paillet, sociologue)
II. La naissance empêchée
11 Décembre 2002 : L'interruption volontaire de grossesse (Monique
Canto, philosophe  Sandrine Jacob, gynécologue obstétricien)
15 Janvier 2003 : L'interruption médicale de grossesse (Géraldine Viot,
généticienne  Fanny Lewin, gynécologue obstétricienne  Michela Marzano,
philosophe)
12 Février 2003: Homicide du foetus (Michel Tournaire, gynécologue-obstétricien  J.P. Gridel, conseiller à la Cour de
Cassation)
III. La naissance anticipée
12 mars 2003 : L'imagerie foetale (Michèle Fellous, anthropologue  Roger Bessis, échographiste)
9 avril 2003 : Les thérapies foetales (Frédéric Bargy, chirurgien pédiatrique - D. Thouvenin, professeur de droit)
IV. La naissance non envisagée
14 mai 2003 : Les embryons surnuméraires (Marie Odile Alnot, médecin biologiste  Dominique Terré, philosophe du droit)
11 juin 2003 : Les cellules souches (John Harris, philosophe  Marina Cavazzana-Calvo, hématologiste)

Lieu: Faculté de Médecine de Cochin
Horaire: 18h-21h, salle 1505
 

LES SEUILS DE LA VIE HUMAINE, De la conception à la naissance
Fiche d'inscription
Nom:
Prénom:
Adresse:
Téléphone:
Fax:
E-mail :
Discipline :
Domaine(s) d'intérêt principal :
Lieu d'exercice :
Merci de renvoyer cette fiche par fax (01-40-25-12-71), par e-mail à cerses@iresco.fr ou par courrier à l'adresse suivante :
Hélène Simonin
Séminaire Seuils
Centre de recherche Sens, Ethique, Société (CERSES)
CNRS-IRESCO
59, rue Pouchet
75849 Paris Cedex 17