Pierre Bourdieu 1930 - 2002
aResponsable du site:
Jean-Jacques Delfour
j.jacques.delfour@ac-toulouse.fr
Retour au sommaire général
Nouveautés / Mises à jour
Publications
Abonnement à l'information

Le philosophe et sociologue Pierre Bourdieu est mort le 24 janvier 2002
 
 
Bibliographie
Presse
Sites et institutions
Textes



Bibliographie

Un site universitaire autrichien donne une excellente bibliographie: HyperBourdieu
"Une bibliographie et médiagraphie complète avec le contexte et les relations internes de l'oeuvre bourdieusienne par Ingo Mörth (mail) & Gerhard Fröhlich (mail).
Par année:
1953, 1956, 1958, 1959, 1960, 1961, 1962, 1963, 1964, 1965, 1966, 1967, 1968, 1969, 1970, 1971, 1972, 1973, 1974, 1975, 1976, 1977, 1978, 1979, 1980, 1981, 1982, 1983, 1984, 1985, 1986, 1987, 1988, 1989, 1990, 1991, 1992, 1993, 1994, 1995, 1996, 1997, 1998, 1999, 2000, 2001, Appendix 1, Appendix 2, Appendix 3, Appendix 4, Appendix 5, Appendix 6, Appendix 7 (nécrologies)



Presse

Dans Libération
Le Web hyperbourdieusien
Pascal Bruckner: «Bourdieu n'a pas connu la glose»
Rony Brauman: «Une véritable hantise du personnage de Sartre»
Annie Pourre: «Il ne voulait pas être le père spirituel de qui que ce soit»
Eléments bibilographiques
Des champs de force au champs de lutte
Pierre Bourdieu Les déshérités

Le Monde
Article de T. Ferenczi (ou ici)

Les Inrocks: Pierre Bourdieu, sociologue et intellectuel critique, l'un des penseurs majeurs du XXe siècle, est mort à Paris le 23 Janvier. Toute sa vie, il aura tenté de nous arracher à nos croyances pour redonner espoir à nos croyances. Une petite rétrospective s'impose sur lesinrocks.com
Cf le n° 323 ­ du 29 janvier au 4 février.

France Culture propose d'écouter Pierre Bourdieu, dans des entretiens anciens, et des émissions spéciales à partir de jeudi 24/01, à suivre Dimanche 27/01 après midi, puis toute la semaine prochaine. Dimanche de 14h à 17h00 sur France Culture, rediffusion de Le bon plaisir Du lundi au vendredi à 8h30 sur France Culture, rediffusion dans Les Chemins de la Connaissance, des entretiens avec Roger Chartier, A voix nue.
 
 



Sites et institutions

Pierre Bourdieu, sociologue énervant
Raisons d'Agir
Le Centre de sociologie européenne
The Bourdieu Forum (en français)
Actualité de juin 2003

ACTES DE LA RECHERCHE (4 numéros par an; dont un numéro double)
Liste chronologique des numéros parus de 1975 à 2001
Liste par auteurs des numéros parus de 1975 à 2001
Sommaire du dernier numéro
 
 



Textes

Ce que peut faire la sociologie. Le sociologue et les instituteurs. Proposé par Remue.net. "En 1983, au théâtre de Saint-Amand les Eaux, Ronald Klapka reçoit Pierre Bourdieu pour une rencontre avec des instituteurs de sa circonscription - il était caractéristique de Bourdieu d'accepter ce genre de confrontation, dans le partage et la simplicité, et la discussion qui se prolonge jusqu'à la minute qui précède le départ du train - nous reproduisons ici l'enregistrement de la conférence de Bourdieu, tel qu'il avait lui-même vérifié et corrigé - dans la version téléchargeable, transcription de l'échange avec la salle et de la discussion avec Ronald Klapka - ce texte avait été publié dans "La Marmite", journal des enseignants de St-Amand les Eaux"
Télérama publie sur son site Internet la série d'entretiens réalisés pendant l'été 1998, à l'occasion de la sortie de "La domination masculine" : L'homme décide, la femme s'efface; "Il manquera toujours la moustache" ; Le corset invisible ; La
transgression gay ; Les aventuriers de "l´île enchantée".
La démocratie, ce n'est pas un chèque en blanc; extrait de l'entretien réalisé par Daniel Mermet et diffusé le 23 décembre 1998 dans le cadre l'émission Là-bas si j'y suis; fichier mp3 de 3,1 Mo.
Censure directe et pouvoir médiatique; Extrait de l'entretien, réalisé par Daniel Mermet et diffusé le 23 décembre 1998 dans le cadre l'émission Là-bas si j'y suis; fichier mp3 de 3,7 Mo.
Refuser l'ordre intellectuel établi; Extrait de l'entretien, réalisé par Daniel Mermet et diffusé le 23 décembre 1998 dans le cadre l'émission Là-bas si j'y suis; fichier mp3 de 5,1 Mo.
Les objectifs d'un mouvement social européen; texte mis en ligne pzar le site Samizdat.
Une minute sur France Inter (1993)
Interview vidéo à Millau
Les soumissions ne sont pas nécessairement conscientes; "L'émission « Chronique Hebdo » sur Radio libertaire recevait Pierre Bourdieu le 1er mars 2001 pour dialoguer autour de son dernier ouvrage, Contre-feux n°2, pour un mouvement social européen , Éditions Raisons d'Agir, 30 F. Une version du texte est parue dans le Monde Libertaire du 12 avril 2001 (daté par erreur 5 avril), No. 1240 p.2 et se trouve aussi sur le site de la Fédération anarchiste. La présente version nous a été transmise par M. Bourdieu". Version en anglais disponible.
A contre-pente;
La nouvelle vulgate planétaire; texte de Pierre Bourdieu et Loïc Wacquant paru dans Le Monde diplomatique, MAI 2000, p. 6 et 7.
Pour un mouvement social européen; texte de Pierre Bourdieu paru dans Le Monde diplomatique, Juin 1999.
La « jeunesse » n'est qu'un mot; Entretien avec Anne-Marie Métailié, paru dans Les jeunes et le premier emploi, Paris, Association des Ages,1978, pp. 520-530. Repris in Questions de sociologie, Éditions de Minuit, 1984. Ed. 1992 pp.143-154.
L'illusion biographique; dans Pierre Bourdieu : Raisons pratiques, Sur la théorie de l'action. Paris, Éd. du Seuil, 1994. Chapitre 3 : Pour une science des œuvres. Annexe 1.
De la domination masculine; paru dans Le Monde diplomatique, août 1998.
L'essence du néolibéralisme; paru dans Le Monde diplomatique, mars 1998.
Créez des réseaux; Une entrevue avec Stefan Keller & Verena Mühlberger. WochenZeitung, 11 mai 2000.
Préface à La double absence; Préface de Pierre Bourdieu à La double absence. Des illusions de l'émigré aux souffrances de l'immigré de Abelmalek Sayad. Liber, Seuil, 09/1999
Le sort des étrangers comme schibboleth; in Contre-feux  (éd. Liber, raisons d'agir), Paris 1998."Ce texte publié dans Libération le 3 mai 1995, sous la signature de Jean-Pierre Alaux et la mienne, présente le bilan de l'enquête que le GEPEF (Groupe d'examen des programmes électoraux sur les étrangers en France) avait lancée en mars 1995 auprès de huit candidats à l'élection présidentielle « afin d'examiner avec eux leurs projets relatifs à la situation des étrangers en France », sujet pratiquement exclu de la campagne électorale."
La dernière instance; P.Bourdieu, La dernière instance, in Le siècle de Kafka, Paris, Centre Georges Pompidou, 1984, p.268-270. Repris in Choses dites, Paris, Les Éditions de Minuit, 1987.
Questions sur un quiproquo; dans Le Monde diplomatique, février 1998.
L'architecte de l'euro passe aux aveux; paru Le Monde diplomatique, septembre 1997.
Le mythe de la "mondialisation" et l'État social européen; Intervention à la Confédération générale des travailleurs grecs, (GSEE) à Athènes, en octobre 1996. In « Contre-Feux », 1998.
Sur Nice; dans Le Passant Ordinaire N° 33 (février 2001 - mars  2001).
Préface aux Chômeurs de Marienthal; Préface de Pierre Bourdieu à PAUL LAZARSFELD, MARIE JAHODA, HANS ZEISEL, Minuit, 1981.
Ce que parler veut dire; intervention au Congrès de l'AFEF, Limoges, 30 octobre 1977, parue dans Le français aujourd'hui, 41, mars 1978, pp. 4-20 et Supplément au n° 41, pp. 51-57. Repris dans Questions de sociologie, Les éditions de Minuit, 1980, pp 95- 112.
Que suis-je ?; Une entrevue avec Pierre Bourdieu. Isabelle Graw. The Thing, 1996.
L'espace des points de vue; dans La misère du monde, Pierre Bourdieu, dir., Seuil, 1993, pp. 9,10 & 11.
Note brève sur l'antinomie de la protestation collective; « An Antinomy in the Notion of Collective Protest », in Development, Democracy, and the Art Of Trespassing : Essays in Honor of Albert 0. Hirschman, A. Foxley, M.S. McPherson, C. O'Donnell eds, Notre Dame (Indiana), University of Notre Dame Press, 1986, Paperback edition, 1988, p. 301-302. Repris dans: Propos sur le champ politique, PUL, Lyon, 2000, pp. 89-91
Pierre Bourdieu Sociologie et démocratie; paru dans Zellige n°3, Octobre 1996; Service Culturel, Scientifique et de Coopération de l'Ambassade de France au Maroc;
Biblio: Bourdieu & le politique; Bibliographie in Pierre bourdieu : Propos sur le champ politique, Presses Universitaires de Lyon, janvier 2000.
 



Pierre Bourdieu, le sociologue de tous les combats

LE MONDE| 24.01.02

Le chercheur et intellectuel engagé contre le néolibéralisme est mort mercredi soir à l'hôpital Saint-Antoine, à Paris, des suites d'un cancer. Ancien professeur au Collège de France, il était âgé de 71 ans.

Les controverses suscitées par les interventions publiques de Pierre Bourdieu au cours des dernières années ont quelquefois obscurci l'image de celui qui est largement reconnu comme l'un des grands penseurs de la société contemporaine. Un de ses disciples, Louis Pinto, a rappelé, il y a deux ans, dans un livre consacré à "Pierre Bourdieu et la théorie du monde social", comment le travail du sociologue a représenté "une révolution symbolique" analogue à celles qu'on a pu rencontrer dans d'autres disciplines, en musique, en peinture, en philosophie ou en physique.

Ce qu'a apporté Pierre Bourdieu à la sociologie, expliquait Louis Pinto, est avant tout une "manière nouvelle de voir le monde social"en accordant "une fonction majeure aux structures symboliques". L'éducation, la culture, la littérature, l'art, qui furent ses premiers sujets d'étude, appartiennent à cet univers. Mais les médias et la politique, dont Pierre Bourdieu fit, à la fin de sa vie, son champ d'investigation privilégié, relèvent également de cette approche. Ce qui caractérise les "champs de production symbolique", selon Louis Pinto, c'est le fait que les "rapports de forces entre agents" ne s'y présentent que "dans la forme transfigurée et euphémisée de rapports de sens". Autrement dit, la "violence symbolique", thème central des travaux de Pierre Bourdieu, ne s'analyse pas comme une pure et simple instrumentation au service de la classe dominante, elle s'exerce aussi à travers le jeu des acteurs sociaux. C'est sans doute cette volonté de surmonter les "fausses antinomies" de la tradition sociologique - entre interprétation et explication, entre structure et histoire, entre liberté et déterminisme, entre individu et société, entre subjectivisme et objectivisme - qui donne à la sociologie de Pierre Bourdieu son originalité.

Des Héritiers, un de ses premiers livres, publié en 1964 avec Jean-Claude Passeron, aux Structures sociales de l'économie en 2000, en passant par La Distinction en 1979 et l'ouvrage collectif La Misère du mondeen 1993, pour ne citer que quelques-uns des quelque vingt-cinq livres qu'il a publiés, il a ouvert une voie d'une grande richesse. En lui décernant sa médaille d'or, en 1993, le CNRS lui rendait un hommage mérité. Pierre Bourdieu, estimait le CNRS, "a régénéré la sociologie française, associant en permanence la rigueur expérimentale avec la théorie fondée sur une grande culture en philosophie, anthropologie et sociologie" Mais Pierre Bourdieu n'était pas seulement un chercheur exceptionnel, reconnu par ses pairs à travers le monde, il était aussi un intellectuel soucieux d'intervenir dans le débat public, dans la tradition française de Zola à Sartre. Il avait fait beaucoup, dans les années 1990, pour donner une grande visibilité au mouvement social et incarner ce qu'il appelait une "gauche de gauche", c'est-à-dire une gauche refusant les compromis consentis, selon lui, par le Parti socialiste.

"Dix ans de pouvoir socialiste ont porté à son achèvement, nous déclarait-il en 1992, la démolition de la croyance en l'Etat et la destruction de l'Etat-providence entreprise dans les années 1970 au nom du libéralisme". Face au silence des politiques, il en appelait à la mobilisation des intellectuels. "Ce que je défends, expliquait-il dans ce même entretien, c'est la possibilité et la nécessité de l'intellectuel critique". Il ajoutait : "Il n'y a pas de démocratie effective sans vrai contre-pouvoir critique. L'intellectuel en est un, et de première grandeur".

Ce combat contre le néolibéralisme sous toutes ses formes, Pierre Bourdieu y avait consacré ses dernières forces. De plus en plus, il s'efforçait de combiner la posture du savant et celle du militant en mettant ses connaissances scientifiques au service de son engagement politique. "Je me suis trouvé par la logique de mon travail, soulignait-il dans un de ses derniers ouvrages (Contre-feux 2, Pour un mouvement social européen), à outrepasser les limites que je m'étais assignées au nom d'une idée de l'objectivité qui m'est apparue comme une forme de censure". Il se disait soucieux de "faire sortir les savoirs de la cité savante" afin d'offrir de solides bases théoriques à ceux qui tentaient de comprendre et de changer le monde contemporain.

Cette lutte passait aussi par une mise en cause des médias, que Pierre Bourdieu jugeait soumis à une logique commerciale croissante et auxquels il reprochait de donner la parole, à longueur de temps, à des "essayistes bavards et incompétents". Dans l'une de ses dernières interventions, en 1999, il s'était adressé aux responsables des grands groupes de communication. Dans ces "Questions aux vrais maîtres du monde", il affirmait notamment : "Ce pouvoir symbolique qui, dans la plupart des sociétés, était distinct du pouvoir politique ou économique, est aujourd'hui réuni entre les mains des mêmes personnes, qui détiennent le contrôle des grands groupes de communication, c'est-à-dire de l'ensemble des instruments de production et de diffusion des biens culturels".

Il s'élevait contre cette mondialisation-là, refusant le choix entre la mondialisation conçue comme "soumission aux lois du commerce" et au règne du "commercial", qui est toujours "le contraire de ce que l'on entend à peu près universellement par culture", et la défense des cultures nationales ou "telle ou telle forme de nationalisme ou localisme culturel". Loin des souverainistes, il plaidait au contraire inlassablement pour plus d'universel. En se prononçant pour "un mouvement social européen", comme première étape d'un internationalisme bien compris, il défendait cet idéal, fidèle à son rôle d'intellectuel critique.

Il restait en même temps attaché à sa conception de la sociologie, telle qu'il avait exposée, en 1982, dans sa leçon inaugurale au Collège de France. "La sociologie n'est pas un chapitre de la mécanique, disait-il, et les champs sociaux sont des champs de forces mais aussi des champs de luttes pour transformer ou concerver ces champs de forces". Il ajoutait : "Le rapport pratique ou pensé que les agents entretiennent avec le jeu fait partie du jeu et peut être au principe de sa transformation". Contre tous ceux qui l'accusaient de donner trop de poids aux structures et de s'en tenir un déterminisme démobilisateur, il proclamait ainsi sa croyance en la liberté de l'homme. Sa vie et son œuvre sont là pour témoigner de cette forte conviction.

Thomas Ferenczi
 
 

Un scientifique et un militant

Repères biographiques

1930 : naissance à Denguin (Pyrénées-Atlantiques) le 1er août, d'un père fonctionnaire. Etudes à Pau, puis à Paris (Louis-le-Grand et Ecole normale supérieure). Agrégation de philosophie.
1955 : début de sa carrière d'enseignant au lycée de Moulins, puis aux facultés d'Alger, de Paris et de Lille.
Depuis 1964 : directeur d'études de l'Ecole pratique des hautes études
1968 : après avoir appartenu à l'unité de recherches dirigée par Raymond Aron, il crée le Centre de sociologie de l'éducation et de la culture, laboratoire associé au CNRS qu'il dirige jusqu'en 1988.
Depuis 1975 : directeur de la revue Actes de la recherche en sciences sociales.
Depuis 1981 : titulaire de la chaire de sociologie au Collège de France.
1993 : médaille d'or du CNRS
1995 : soutien appuyé aux grévistes de décembre contre le "plan Juppé".
A partir de cette date, nombreuses interventions et prises de position politiques, notamment dans le groupe Raison d'agir.
1996 : préside, le 24 novembre à Paris, les "états généraux du mouvement social".

Principales œuvres

1958 : Sociologie de l'Algérie
1963 : Travail et travailleurs en Algérie
1964 : Le Déracinement et Les Héritiers
1966 : L'Amour de l'art
1968 : Le Métier de sociologue
1972 : Théorie de la pratique
1979 : La Distinction
1982 : Ce que parler veut dire
1984 : Homo Academicus
1988 : L'Ontologie politique de Martin Heidegger
1989 : La Noblesse d'Etat
1993 : La Misère du monde
1997 : Méditations pascaliennes
1998 : Contre-feux (Raison d'agir éditions) et La Domination masculine
2000 : Les Structures sociales de l'économie