Plan du site. Index des notules.
 

Notule bibliographique
 

Schneewind Jerome-B., L'invention de l'autonomie. Une histoire de la philosophie morale moderne, Gallimard, 2001, ISBN: 2-07-075520-7

Trad. de l'anglais par Jean-Pierre Cléro, Pierre-Emmanuel Dauzat et Évelyne Meziani-Laval , 784 pages, 140 x 225 mm. Collection NRF Essais

La chose paraît entendue : en inventant l'autonomie de la volonté, Kant, le premier, pose que l'homme est à la fois législateur et sujet de la loi morale. Voilà fondée la modernité philosophique.

On comprend généralement pourquoi Kant invente l'autonomie, selon les nécessités de son système ; on saisit moins comment il peut procéder. En d'autres termes, de quels concepts, questions, acquis, impasses, langage dispose-t-il grâce aux réflexions cumulées des moralises ; à quelles conceptions de la philosophie morale et de ses buts peut-il se référer ; que doit-il forger pour répondre à des défis nouveaux ? La réponse tient dans une mise en perspective non plus des seuls textes explicites, mais du contexte intellectuel et problématique des oeuvres. Il faut, en quelque sorte, non plus partir des textes depuis nos lectures contemporaines, trop souvent animées par la conviction qu'il y aurait un progrès dans le développement de la philosophie morale, mais apprendre à savoir arriver aux textes, les lire avec les lunettes dont disposaient leurs auteurs, avec l'outillage conceptuel des contemporains d'alors. Par là, l'historien renonce à l'illusion d'une finalité unique de la philosophie morale à travers les âges.

L'invention de l'autonomie, histoire d'une notion, est tout autant une pressante invitation à écrire l'histoire de la philosophie, morale ou autre, différemment.
 
 
 
Site de philosophie de l'Académie de Toulouse
Responsable du site: Jean-Jacques Delfour
j.jacques.delfour@ac-toulouse.fr