I. Le contexte :

Le travail présenté s’attache à répondre aux évolutions préconisées par les différents textes parus ces dernières années dans le cadre de l’application de la loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école du 23 avril 2005, loi dont l’objectif est ‘la réussite individuelle de tous les élèves’.

1. Nouveaux programmes de sciences des collèges BO spécial n°6 du 28 aout 2008 :

a. Introduction commune.

- Le Socle Commun de Connaissances et de Compétences (Décret n° 2006-830 du 11 juillet 2006).

- La démarche d’investigation

b. Préambule pour le collège en SPC :

Le travail des élèves et l’évaluation
Le travail des élèves doit s’articuler autour d’activités qui identifient clairement les connaissances et les capacités mises en œuvre.

Il y a lieu de distinguer :
- l’évaluation diagnostique qui conduit l’enseignant à identifier les représentations des élèves, leurs connaissances, les méthodes acquises et les obstacles cognitifs, pour adapter son enseignement ; elle se situe en début de séquence, individuellement ou en groupe ;
- l’évaluation formative qui jalonne les apprentissages et permet une diversification des aides apportées à l’élève en valorisant les efforts et en cherchant à assurer un suivi personnalisé ;
- l’évaluation sommative qui permet de dresser un bilan des acquis et des progrès de l’élève, sans négliger d’apporter à chacun des conseils personnalisés.
Comme pour le travail des élèves, il est nécessaire d’identifier les connaissances et capacités mises en jeu dans chaque type d’évaluation.
Compte tenu des exigences du socle commun de connaissances et de compétences commun, l’évaluation porte non seulement sur les compétences strictement liées aux savoirs spécifiques de la physique et de la chimie mais également sur un ensemble de compétences transversales, au sein desquelles figure en bonne place la maîtrise, écrite et orale, de la langue française.
Avant toute évaluation, les connaissances et capacités sont à énoncer de manière explicite aux élèves pour leur permettre d’identifier les objectifs à atteindre, de pratiquer une auto-évaluation et de participer à une éventuelle remédiation.

2. Référentiel des compétences des maitres.

(Arrêté du 19 décembre 2006 portant cahier des charges de la formation des maîtres en institut universitaire de formation des maîtres)

Deux compétences concernent plus particulièrement l’enseignement :

4. Concevoir et mettre en œuvre son enseignement
Le professeur est capable :
- de définir des objectifs d'apprentissage à partir des références des textes officiels ;
- de raisonner en termes de compétences, c'est-à-dire déterminer les étapes nécessaires à l'acquisition progressive des connaissances, des capacités et des attitudes prescrites à partir des acquis et des besoins identifiés en mettant en œuvre :
- une progression et une programmation sur l'année et sur le cycle ;
- une progression différenciée selon les niveaux des élèves ;


7. Evaluer les élèves
Le professeur sait évaluer la progression des apprentissages et le degré d'acquisition des compétences atteint par les élèves. Il utilise le résultat des évaluations pour adapter son enseignement aux progrès des élèves. Il fait comprendre aux élèves les principes d'évaluation et développe leurs capacités à évaluer leurs propres productions. Il communique et explique aux parents les résultats attendus et les résultats obtenus

II. Capacités et compétences:

1. Qu’est-ce qu’une compétence ?


La définition européenne :

« Une compétence est une combinaison de connaissances, d’aptitudes et d’attitudes appropriées au contexte ».


La définition dans le cadre du socle commun (D. n° 2006-830 du 11-7-2006 JO du 12-7-2006):
« Chaque grande compétence du socle est conçue comme une combinaison de connaissances fondamentales pour notre temps, de capacités à les mettre en œuvre dans des situations variées mais aussi d’attitudes indispensables tout au long de la vie, comme l’ouverture aux autres, le goût pour la recherche de la vérité, le respect de soi et d’autrui, la curiosité et la créativité. »
Lorsque l’on s’engage dans une analyse des objectifs de formation en termes de connaissances et de capacités, de nombreuses questions se posent très vite.
Exemple :
Extrait du programme de 5° :
A. L’eau dans notre environnement

ConnaissancesCapacités
L’eau est omniprésente dans notre environnement, notamment dans les boissons et des organismes vivants.
Test de reconnaissance de l’eau par le sulfate de cuivre anhydre.
Suivre un protocole donné pour mettre en évidence la présence d’eau dans différentes substances.
Valider ou invalider l’hypothèse de la présence d’eau

Qu’attend-on de l’élève ? Que va-t-on lui demander de maitriser ?
On attend de l’élève qu’il valide l’hypothèse de la présence d’eau en suivant un protocole donné. Il doit donc connaitre le test (les couleurs) et mobiliser cette connaissance pour valider la présence d’eau.
Pour évaluer la connaissance du test de reconnaissance de l’eau, on ne peut pas demander à un élève de le décrire par écrit ou par oral (on évaluerait alors aussi sa capacité à communiquer). Le protocole n’est pas exigé en 5° (suivre un protocole donné).

Connaissances :
Notre choix : les connaissances exigées peuvent être précédées des verbes ‘ÉNONCER’ ou ‘CITER’
L’élève doit les apprendre. Les connaissances à mobiliser pour mettre en œuvre une capacité seront précédées du verbe ‘CONNAITRE’. Elles seront évaluées à travers la capacité qui est observable.

Capacités :
La lecture du programme permet d’identifier un nombre limité de capacités ‘ génériques’ qui sont ensuite déclinées pour chaque chapitre en fonction des connaissances du chapitre :
Suivre un protocole donné pour…..
Réaliser un montage pour…
Extraire les informations …
Valider ou invalider une hypothèse sur…
Ces capacités sont les capacités à maitriser pour mettre en oeuvre une démarche scientifique. Elles se retrouvent pour la plupart dans le programme de la classe de terminales scientifique sous l’intitulé ‘Compétences scientifiques générales’.

Le tableau des compétences visées communiqué à l’élève :

ConnaissancesCapacités
Énoncer que l’eau est omniprésente dans notre environnement, notamment dans les boissons et des organismes vivants.
Connaitre le test de reconnaissance de l’eau par le sulfate de cuivre anhydre
Suivre un protocole donné pour mettre en évidence la présence d’eau dans différentes substances.
Valider ou invalider l’hypothèse de la présence d’eau

2. La grille des capacités.

La priorité pour construire l’enseignement a été de formaliser et lister les capacités visées par l’enseignement des sciences à travers une grille. Cette grille devait être simple et facile à utiliser par les enseignants et les élèves. Elle a été élaborée à partir des capacités génériques des programmes du collège et du Socle Commun. Elle a évolué et évoluera encore. Elle a été présentée et améliorée cette année lors de stages de formation continue. Elle est expérimentée par de nombreux enseignants dans l’académie dès cette année. Cette grille est avant tout un outil de pilotage de la formation des élèves. Elle ne se substitue pas à l’attestation de maitrise des piliers du socle qui est mise en place à la rentrée 2009.Cette attestation est une grille de validation. La grille des capacités présentées ici, permettra de participer à cette validation des différentes compétences du socle.

Intérêt de la grille :
Elle a facilité l’analyse des séances et a permis une évolution des pratiques des enseignants. Elle implique :
- Une identification claire des compétences scientifiques visées par le programme : la démarche d’investigation comme vecteur de formation à la démarche scientifique
- Une identification claire des connaissances et capacités pour chacun des items des programmes

Elle permet :

- Le cadrage des séances en termes d’objectifs conformes au programme et aux grilles de référence avec choix de priorités.
- L'élaboration d’un scénario pédagogique pour travailler les capacités choisies.
- L'évaluation formative et la remédiation axées sur les priorités
- L'élaboration d’une progression spiralaire pour valider progressivement l’acquisition des capacités.

Pour répondre à la nécessité de communiquer les attendus aux élèves, conformément aux préconisations, et de les former à l’autoévaluation (socle commun), la grille a été donnée aux élèves.
Utilisée sous forme d’une grille de positionnement, elle permet à chaque élève d’identifier ses points forts et ses faiblesses. Elle lui permet surtout de mesurer ses progrès, étape essentielle pour l’encourager, le motiver et accompagner sa réussite.

LA GRILLE
Les capacités de la grille ont été numérotées et sont indiquées dans le tableau de présentation des séances.
Les quatre derniers items ne sont pas des capacités au sens premier du terme.
« Restituer des connaissances » ( 35) permet de faire apparaitre la maitrise des connaissances.
« Raisonner » est une compétence (36) concerne la résolution de tâches complexes. L’élève doit construire SA démarche de résolution et mobiliser les connaissances et capacités élémentaires nécessaires.

    Cliquez ici pour accéder à la nouvelle grille,réorganisée pour une meilleure lisibilité conformément aux grilles de référence officielles.

III. La grille pour former et évaluer:

1. Élaboration d’une progression en termes de compétences

L’exemple présenté porte sur une suite de 4 séances en classe de 5°.Cette progression a été élaborée à partir de ce qui avait été réalisée avec les élèves l’année précédente.
Chaque séance a été analysée en termes de connaissances et capacités visées pour les élèves en conformité avec le programme du BO spécial n°6 du 28 aout 2008.
Les capacités travaillées avec les élèves dans chaque séance sont reportées sur la grille.

La construction de la progression en termes de capacités a impliqué la modification des séances existantes. En effet, leur analyse à l’aide de la grille a révélé que :
- certaines capacités se retrouvaient trop souvent dans les séances et que d’autres n’étaient pas abordées.
- le nombre de capacités travaillées étaient bien trop important pour permettre à tous les élèves de suivre la séance et d’en tirer profit.

Le niveau de maitrise attendu pour chaque capacité augmente progressivement sur l’année.
Des objectifs du professeur, autres que ceux communiqués aux élèves, ont dû être formalisés.

2. La liste des compétences attendues des élèves.

Cette liste se présente sous forme d’un tableau (voir séance). Elle permet aux élèves une première auto-évaluation avec l’aide de l’enseignant. C’est aussi l’occasion pour l’enseignant d’évaluer l’efficacité du scénario pédagogique choisi et d’envisager des modifications!!

Elle est distribuée à la fin de la séance.
Les élèves en prennent connaissance individuellement puis à la demande de l’enseignant ils complètent l’auto-évaluation. Ils sont ensuite invités à repérer dans le cours où se trouvent les items.
La liste a été complétée avec une colonne permettant une remédiation ciblée.

3. L’exemple mis en oeuvre.

Chaque fiche descriptive (Séance) d’une séance comporte :
- Le document support distribué aux élèves
- Le déroulement de la séance : les capacités travaillées dans chacune des phases de la séance sont précisées dans la colonne de droite. Les capacités prioritairement visées sont notées en gras et numérotées en référence à la grille.
- Les activités de l’élève en termes de capacités du programme.
- Les objectifs de l’enseignant autres que ceux explicitement liés au chapitre. Ces objectifs concernent en particulier les capacités transversales et soulignent la progressivité des apprentissages.


4. L’évaluation.

a. Le contenu :

L’énoncé est construit à partir de la liste des compétences distribuée aux élèves. L’acquisition de ces compétences a mobilisé des capacités transversales qui doivent être identifiées comme par exemple : utiliser la proportionnalité, utiliser la calculatrice, convertir, rédiger, ML…
Chaque item de l’énoncé doit être pensé et élaboré pour permettre la validation d’une connaissance et/ou capacité de la Grille. Les exercices existants peuvent nécessiter un travail d’adaptation.
Ces connaissances et capacités sont repérées dans une colonne. La ML est spécifiquement repérée dans une colonne et pourra être évaluée dans certaines questions de l’énoncé ( voir l'exemple d'évaluation)
Ce repérage permet d’équilibrer l’évaluation en termes de connaissances, capacités et raisonnement.
Toute évaluation doit contenir une tâche complexe qui nécessite que l’élève élabore une stratégie mettant en jeux plusieurs compétences élémentaires : Raisonner

b. La mise en forme :

- 4 colonnes qui permettent d’identifier l’objet évalué précisant le barème :
Co : connaissance ; Ca : capacité ; ML : maitrise de la langue : R : raisonner.
- repérage des capacités évaluées par la question par son numéro dans la grille :
Co : Restituer les connaissances (35) ,
ML : S’exprimer correctement à l’écrit (22)
R : Raisonner (36)

c. La correction :

- Les points sont directement notés dans les colonnes correspondantes.
- La somme rapide des points de chaque colonne permet de valider les capacités
- La validation ou non des capacités évaluées est réalisée sur l’énoncé à l’aide d’une couleur par le professeur : Vert : validée ; Rouge non validée.

Ce travail nécessite beaucoup moins de temps qu’il n’y parait. Il nécessite de se positionner clairement sur ce qui est attendu d’une capacité validée à un niveau donné. L’expérience montre que ce n’est pas si difficile. Il permet à l’enseignant de se former à cette démarche nouvelle.
Les élèves reportent eux-mêmes leur résultat (en couleur) sur leur grille de positionnement. Cette grille est conservée par le professeur.

    

5. Quelques avantages…

La grille permet à l’enseignant de formaliser sa progression en terme de compétences.
Les objectifs visés pour chaque séance sont identifiés et leur nombre est limité.
- Toutes les capacités sont abordées en cours d’année.
Chaque capacité est abordée plusieurs fois avec un niveau de maitrise attendu qui est validé à chaque étape et qui augmente progressivement : progression spiralaire.
- Les évaluations permettent d’identifier les difficultés sur un point précis et de construire une remédiation adaptée.
- Les capacités transversales à maitriser en fin de collège ( convertir, tracer une courbe, utiliser la proportionnalité…. ) sont travaillées ‘ en fil rouge’ jusqu’à obtenir le niveau de maitrise souhaité.
- Les objectifs sont clairement énoncés en référence au programme et les acquis des élèves évalués : les enseignants qui sont entrés dans la démarche se disent plus sereins….
- L’évaluation prend tout son sens : une mesure de l’écart entre un référent et un référé nécessaire pour piloter l’enseignement.

Remarque : la démarche présentée est largement préconisée pour permettre aux élèves en difficulté, en particulier ceux présentant des troubles de l’apprentissage ( les ‘dys..’) de réussir.

Cathy Paris -Professeur au collège de Plaisance du Touch-Responsable du groupe académique de formateurs.
Brigitte Abisset pour les IA-IPR SPCFA de l'académie de Toulouse .