Observations astronomiques en 2017

Observations astronomiques en 2017

Voici les événements astronomiques marquants visibles en 2017. La plupart sont observables à l’œil nu (rapprochements entre divers corps célestes).
Afin de préparer leur observation, vous pourrez en voir l’aspect en utilisant le logiciel gratuit Stellarium (http://www.stellarium.org).

Les rapprochement entre les astres (aussi appelés « conjonctions ») sont bien entendu des rapprochements apparents : la Lune et Jupiter par exemple semblent proches le soir du 14 mars 2017, mais il ne s’agit que d’un effet de perspective : ce sera donc l’occasion de travailler l’organisation et les distances dans le système solaire à partir d’un schéma à l’échelle … voir cette page pour une aide à la création d’une maquette du système solaire.

Les conjonctions et autres phénomènes à l’œil nu

Le 14 mars 2017, le soir, beau rapprochement entre la Lune et Jupiter.
Le 30 mars 2017, le matin, rapprochement apparent entre la Lune et Saturne, vers le sud.
Le 17 avril 2017, le matin, rapprochement apparent entre la Lune et Saturne, vers le sud.
Le 22 avril 2017, pic d’activité de la pluie d’étoiles filantes des Lyrides.
Le 7 mai 2017, le soir, rapprochement apparent entre la Lune et Jupiter, vers le sud-est.
Le 3 juin 2017, le soir, rapprochement apparent entre la Lune et Jupiter, vers le sud.
Le  28 juillet 2017, le soir, rapprochement apparent entre la Lune et Jupiter, vers le sud-ouest.
Le 12 août 2017, et les nuits précédentes et suivantes, essaim météoritiques des Perséides (étoiles filantes)
Le 19 août 2017, le matin, rapprochement apparent entre la Lune et Vénus, vers l’horizon est.
Le 21 août 2017, une éclipse totale de Soleil sera observable depuis les États-Unis. Invisible en France, elle sera cependant retransmise en direct sur https://www.nasa.gov/.
Le 25 août 2017, le soir, rapprochement apparent entre la Lune et Jupiter, vers l’ouest.
Le 18 septembre 2017, le matin, la Lune se situe entre Vénus et Mercure, et frôle l’étoile Régulus.
Le 26 septembre 2017, le soir, rapprochement apparent entre la Lune et Saturne, vers le sud-ouest
Le 13 novembre 2017, le matin, rapprochement très serré entre Vénus et Jupiter, assez bas au dessus de l’horizon est-sud-est, avant le lever de Soleil.


17 novembre 2017, pic d’activité de la pluie d’étoiles filantes des Léonides.
13 décembre 2017, pic d’activité de la pluie d’étoiles filantes des Géminides.

Les planètes observables à l’œil nu ou à l’aide d’un instrument (jumelles, lunette, télescope) :

Mercure : à repérer à l’œil nu lorsque son élongation est maximale par rapport au Soleil, donc en particulier :
– du 20 mars au 10 avril 2017 le soir vers l’horizon ouest (élongation maximum autour du 31/03)
– du 5 au 21 septembre 2017, le matin vers l’horizon est (élongation maximum autour du 12/09)

⁕⁕⁕⁕Vénus : à partir du 15 février 2017 et jusqu’à la mi-mars 2017, observez le croissant de Vénus aux jumelles ou à la lunette. Vénus est facilement repérable après le coucher du Soleil vers l’horizon Ouest. Elle passe ensuite trop près du Soleil pour être réellement observable sans risque.
Observations facile à reprendre de mi-avril 2017 à mi-mai 2017, mais le matin cette fois.

Mars : la planète se perd dans les cieux du crépuscule puis de l’aube jusqu’à la fin de l’année 2017. On aura l’occasion de pouvoir bien l’observer à l’été 2018 lorsqu’elle sera à une plus petite distance de la Terre.

⁕⁕⁕Jupiter : visible en deuxième partie de nuit à l’hiver 2017, son diamètre sera maximum vers début avril 2017 avec un lever peu après le coucher du Soleil (vers l’horizon est). On pourra bien distinguer ses 4 satellites galiléens aux jumelles ou mieux, à la lunette ou au télescope. Bien observable en soirée jusqu’en août 2017 où elle se perdra dans le crépuscule.

⁕⁕⁕Saturne : visible en deuxième partie de nuit au printemps 2017, son diamètre sera maximum à la mi-juin 2017 avec un lever peu après le coucher du Soleil (vers l’horizon est). On pourra voir ses anneaux à la lunette ou au télescope jusqu’en octobre 2017 où elle se perdra dans le crépuscule. Cette année 2017 marque l’inclinaison maximum de ses anneaux (dont l’angle va progressivement se refermer jusqu’en 2025 où on les verra par la tranche).

2017 : le cas de Vénus

Comme indiqué plus haut, cette année, la planète Vénus est facilement repérable dans le ciel. De plus, elle passe en conjonction inférieure par rapport au Soleil : cela signifie que, vue depuis la Terre, la planète va passer « au-dessus » du Soleil : ce sera le 26 mars 2017, en plein jour, donc inobservable (et trop à proximité du Soleil donc avec un risque potentiel).
En revanche, les semaines précédentes (jusqu’à mi-mars 2017), juste après le coucher de Soleil, on pourra facilement (à l’aide de jumelles ou, mieux, d’une petite lunette astronomique ou d’un petit télescope), observer le croissant de Vénus devenir de plus en plus fin, tandis que son diamètre apparent augmente (figure ci-dessous à droite).
Cette observation pourra être reprise à partir de mi-avril 2017, mais le matin avant le lever de Soleil cette fois (épaississement du croissant, diminution du diamètre de la planète).

Intérêt pédagogique :
Cet événement est l’occasion de parler en classe de l’évolution des conceptions en Astronomie, entre le système géocentrique de Ptolémée et le système héliocentrique de Copernic. En effet, c’est notamment grâce à cette observation des phases de Vénus que Galilée a obtenu la preuve de la validité du système héliocentrique.
Combinée à quelques observations des phases de Vénus, une modélisation simple à réaliser en classe permet de comprendre le phénomène.

C’est l’objet notamment des séances 3 et 4 fournies « clé en mains » dans le document suivant à télécharger zippé : Toulouse_thème4_système_solaire.